semaine 9 direction Virieu-le-Grand

Cette semaine nous quittons le Clou et ses chantiers paille, pour une Bourgogne plus riche en vignes et en balade à pied.

En chemin nous prenons le plus long tunnel ouvert à une voie verte, il faut quelques 10 minutes sous 11° pour le traverser, une chance sous ces températures très estivales !

Arrivée à Julienas, nous trouvons cette petite boutique, malheureusement fermée, mais qui regorge visiblement de fabuleux trésors… Et aussi, bien évidement nombre de caves, dont celle de Sylvain et Michel Tête que nous avons fort apprécié avec modération bien sûr !!

Le gite est beau, la vue est plus belle encore !! Déposer les vélos pour retrouver ses pieds, dans ce paysage vallonné c’est une chance que nous savons goûter.

La pause cycle dure 3 jours et puis nous remontons sur nos destriers et piquons vers l’Est, direction l’Ain. Nous traversons d’abord les Dombs, lacs, maïs et peupliers, chevaux, carpes et grenouilles.
Et puis nous retrouvons cette affreuse Pyrale du buis mais surtout les bons amis, les BBQ et les grandes soirées, les plongeons dans les lacs, les produits locaux, diots, petits chèvres secs et frais et les tomates du jardins !

Voilà pour finir le récit de cette semaine, le Musée du train miniature de Châtillon-sur-Chalaronne. Magnifique travail de Patrick Crolle, qui depuis une vingtaine d’année, pense, construit, affine cette réalisation qui fait rêver à coup sûr les petits comme les grands !

Publicités

semaine 8 direction Cluny

Après quelques jours de cueillette de framboises du jardin, de jeux de société, de nourriture fraiche et cuisinée en bonne compagnie, nous reprenons la route vers le sud-ouest en direction de Cluny.

Pour notre première étape nous nous arrêtons à ce chouette camping à Ranchot, où nous avons même eu le bonheur de nous baigner dans le Doubs, c’était bien plus chaud que l’Atlantique ! Et tellement bienvenu avec ces températures orageuses…

Et voilà le canal à l’arrivée de la belle ville de Dôle, quelques vues de la ville et la fin du canal du Rhône au Rhin qui termine dans la Saône, et un tout nouveau paysage s’offre à nous !

Nous passons la nuit à St-Jean-de-Losne, visitons le musée de la batellerie, maquettes de péniches, documents d’archive et quelques chocs, le hallage était le plus souvent fait par la famille du batelier, la traction animal coûtant beaucoup plus cher, achat, nourriture et espace réservé dans la péniche… Nous sommes aussi allés visiter l’Aster, la dernière péniche entièrement construite en bois, qui fait l’objet d’une magnifique rénovation par des bénévoles depuis quelques années maintenant. On peut, pour les aider, faire l’acquisition virtuelle de morceaux de l’appareillage, ou bien venir prêter main forte les mercredis matin.

Couché de soleil sur la Saône, premier champs de tournesol, nénuphars sur la rivière, nous sommes en Bourgogne, la preuve par l’escargot !

Dans la jolie ville de Verdun-sur-le-Doubs, nous visitons le musée du blé et du pain. Dans une très belle demeure du 18ème, nous y découvrons « la fabuleuse histoire de 70 siècles de moisson et 40 de panification ».

Arrivée à Chalon-sur-Saône, nous ne résistons pas à l’institution du café de la Perle, plus d’un siècle d’existence, et un café parfait !

Et puis une autre institution, le musée Niecéphore Niepce, très beau musée naturellement dédié à la photographie, aux différents appareils, procédés et rôles d’icelle.

En chemin nous avons croisé cet homme, allemand qui avait tranquillement passé les 70 ans, et qui partant de sa contrée germanique, voyageait à vélo pour rendre visite à son neveu Toulousain. On lui dédierait bien une rue au nom aussi enjôleur que celui-ci…

Après quelques kilomètres de plus et loin derrière lui, nous arrivons à Cluny. La ville est encore très bien conservée malgré le bombardement de 44, l’abbaye en revanche est détruite au 9 dixième ! Mais la guerre n’a rien à voir là dedans… Après avoir construit la plus grande abbaye d’Europe, jusqu’à la construction de l’actuelle St Pierre de Rome, les moines, ruinés, l’ont revendue pour la pierre, la révolution ne l’a pas aidée ensuite. Ce qui reste a été sauvé parce qu’il menaçait de s’écrouler sur des bâtiments civiles… Ce qui fait de Cluny, comme le disait le guide, la seule ville au monde que l’on visite pour se rendre compte que ce qui a été !

Les amis chez qui nous sommes accueillis sont en train de préparer un chantier participatif d’isolation paille pour leur maison en parpaing. La tradition de ce type de chantier est de se former en aidant d’autres chantiers. Nous n’avons pas de chantier prévu, mais nous participons avec bonheur et finissons avec de la paille dans les moindres recoins et une bonne nuit de sommeil !

IMG_4886.jpg

Au réveil nous avons cette vue, la Bourgogne est belle, même sans les escargots…

semaine 7 direction Besançon

Bienvenue à Belfort !!!!
Voilà ce que nous souhaite, en toute discrétion le 35ème d’infanterie, on est comme ça, voyage en toute simplicité, accueil modeste… Le lion est beau, le lion est royal, il a la posture fière de ceux qui se sont bien battus !

IMG_4452

Après Belfort, nous ne résistons pas à l’appel de Sochaux, et surtout à son musée de l’aventure Peugeot. Le musée est très beau, et nous y faisons notre liste de course pour un prochain road trip, avec un petit faible pour la voiture de pompier, voilà qui a du chien !

Nous quittons l’industrie pour les rives du Doubs, qui n’en est d’ailleurs pas exempt… Naturellement le beau soleil nous oblige à quelques pauses à la belle ombre des parasols promotionnels, les meilleurs !
Nous passons par de jolies petites villes, Blussangs, L’Isle-sur-le-Doubs, Clerval, Baume-les-Dames et quelques autres qui nous offrent leur lot de beaux paysages, architectures franc-comptoises et chants de grenouilles.

Quelques trois jours sur les rives du Doubs et nous voilà à Besançon la belle.
Nous voilà touts petits sous la porte noire, qui ne l’est plus tellement, chemin choisit pour aller visiter la citadelle et ses multiples zoos, insectes, grenouilles, singes et animaux de la ferme, nous avons fait le plein d’un bien beau bestiaire… Mais avant cela, petite randonnée vers les sommets, et la vue sur le Mont Blanc, un spectacle merveilleux sous ce ciel bleu.

À la citadelle, nous avons vu le travail de ce sculpteur Mauro Corda, une bien belle découverte !

Nous avons aussi profité de nos quelques jours à Besançon, pour faire un peu de cuisine, un peu de jardinage, mais surtout rien du tout, et c’était drôlement bien aussi !

semaine 6 direction Belfort

Après déjà une belle semaine, nous continuons notre séjour alsacien avec un passage à Mulhouse, son musée de la ville où nous découvrons le Lasterstein, sorte de masque/pancarte que l’on devait porter en cas de parjure, quelle punition, la pierre fait plus de 20 kilos ! Puis nous allons laborieusement, les chemins cyclistes ne sont pas toujours les meilleurs, au musée du papier peint et son exposition temporaire sur le bestiaire. Tout pour nous, de beaux motifs et des bébêtes !

On continu un peu plus à l’ouest, en direction de Cernay, la ville des cigognes, au camping des cigognes où nous nous sommes fait une copine, Pâte l’épate la belle cigogne !

Cette belle pause a été l’occasion de travailler à une pièce qui sera montrée à la Galerie la Ferronnerie à partir du 3 juillet, dans l’exposition « Coquillages et crustacés », mais aussi de fêter notre millième kilomètre aux saucisses et crémant d’Alsace, de supporter notre équipe avec nos tee-shirts tricolores mais surtout en allant voir le match France/Pérou au Bar des Cigognes de Cernay.

En remontant un peu la Thur, on trouve Thann, et sa très belle basilique Notre-Dame-de-Thierenbach et son remarquable fronton et puis quelques très beaux vignobles et tout au bout le lac de Kruth-Wildenstein.

 

Le 24 juin c’est la fête de la Saint Jean, partout connue, ici elle est encore fêtée avec de magnifiques brasiers !! Dans toute la vallée, les villages font leur feu de la Saint Jean, à chacun de choisir le sien…
Nous nous sommes arrêté à Fellering, un peu en hauteur, mais pas trop, vélo oblige (ou empêche, c’est une histoire de point de vue…)

Cette tour impressionnante a été construite par les conscrits de 2000-2020, mais il y en a 2 autres, plus petites mais qui nous promettent un beau spectacle…

Ici la soirée se passe en 4 étapes, à 21h embrasement du premier totem, par les futurs conscrits, ceux qui auront 18 ans l’année prochaine, c’est une sorte d’entrainement avant le grand.

Et puis à 22 heure, les conscrits allument la seconde tour, la foule est déjà bien en place pour le spectacle…

À 22H30, le feu d’artifice éclate ! Le DJ est au comble de l’excitation et il emmène la foule avec lui !

Et à 23 heure, le clou du spectacle ! C’est la grande tour qui prend feu, le spectacle est à son comble, c’est vraiment magnifique et très très chaud !!!!
Il existe d’autres fêtes de la Saint Jean dans la région, toujours avec leur brasier, elles ont toutefois quelques variantes, à voir peut-être l’année prochaine !

IMG_4414

Pour nous la soirée est finie à Fellering, il faut rentrer et 20 kilomètres à vélo, ça aide à être raisonnable ! Mais sur la route nous avons croisé plus ou moins loin, d’autres feux, d’autres musiques, mais toujours cette beauté fascinante !

 

5 ème semaine, en route vers Mulhouse

Depuis notre départ de Strasbourg, nous avons longé l’Ill, croisé Sélestat, le charmant village de Bergheim et puis Colmar, la ville musée et son musée Unterlinden, l’incontournable retable d’Issenheim et bien d’autres dont la très belle exposition consacrée à l’œuvre récente de Georg Baselitz.

Et puis nous avons découvert quelques morceaux de monde extraterrestre à la Bourse aux météorites d’Ensisheim !! Quel bonheur !
Nous avons touché un bout de Lune et même de Mars !!!!

Nous avons découvert tout un monde, de collectionneurs, scientifiques, amateurs, tous passionnés et prêts à nous raconter leur monde, tellement bien que nous sommes repartis avec des étoiles dans les yeux et des morceaux d’ailleurs dans les poches !

3ème et 4ème semaine, en route pour Strasbourg

Depuis Charleville nous avons parcourus quelques kilomètres !! Visité le plus grand château fort d’Europe, la manufacture de pantoufles ardennaises, tenue de main de maître par la dernière employée ; vendeuse, confectionneuse, fort des halles…

Et puis nous avons piqué au sud, direction Stenay, et son musée de la brasserie, le plus gros d’Europe, une spécialité de la région… Puis direction les champs de batailles de la Grande Guerre, Cumière-le-Mort-Homme, Douaumont, Verdun (et ses dragées), les Éparges, sa guerre des mines et sa belle histoire du monument au point X.

Après la guerre les canaux, vers Nancy en passant par Pont-à-Mousson, puis nouveau musée de la bière, la vallée des éclusiers pour arriver à Saverne, la ville de la Licorne.

Cueillettes de cerises et de tilleul sur le bord des chemins, il y a de l’irrésistible dans l’air…
Nous arrivons en Alsace et on a des preuves !!!

Deuxième semaine, direction Charleville-Mézière

IMG_2949

À Péronne, nous avons croisé cette invitation et on a dit oui !
Mais quand même pas trop vite, nous faisons rapidement une petite pause au café de la Poste à Matigny, un vrai moment de convivialité picarde !

IMG_2964

IMG_2959

Voilà la ville d’Y, une de celle qui est à l’origine du projet, clin d’œil à Paname Kitchen grâce à qui je l’ai découverte. Le nom de ville le plus court de France, habité par les Ypsiloniens s’il vous plait !

Nous continuons la route jusqu’à St Quentin, ville Art Déco, et ville du Musée du Papillon, avec une magnifique collection et une scénographie toute neuve pour attirer les enfants comme des mouches…

IMG_3048

IMG_3080

L’idée de ce voyage est plutôt d’être dans la vie, mais c’est assez difficile de traverser toute cette région sans parler de la Grande Guerre, alors voilà pour l’anecdote, le cimetière allemand de St Quentin qui se fait faire une beauté.

IMG_3135

Après St Quentin, direction Guise et son familistère, une belle utopie du 19ème siècle de l’industriel Godin. Cette fois nous n’échappons pas à l’orage, mais nous trouvons refuge dans la salle communale du camping et nous avons même accès à une cuisine !

Une nuit au sec plus tard, nous quittons les rives de l’Oise, pour prendre la direction de Rumigny, notre prochaine étape. En chemin nous croisons Marly-Beaumont, petit retour en arrière pour ceux de notre génération !

Arrivée à Hirson via la voie verte qui passe par les anciennes voies ferrées, jolie route parsemée de gares en briques devenues maisons.

Et voilà donc Hirson, ses usines désaffectées, sa gare, son parking d’école, le lieu de la rencontre, un pépé, sourd et aveugle qui recule sur ma roue arrière, et le changement de programme !

Vive les bus presque vides dans lesquels on peut mettre les vélos, direction Charleville-Mézière, notre étape suivante où nous pourrons faire réparer le vélo à moindre frais.

Bienvenue dans les Ardennes !!

IMG_3177

Nous sommes accueillis chez Raphaël Audaire, l’heureux propriétaire du Plus Petit Cinéma du Monde, 2 places dans une estafette de 1978. Ce soir on joue au théâtre d’ombre et c’est déjà super super !!

IMG_3223